Prise en charge paramédicale de l'arrêt cardiorespiratoire

1. BUT

 

  • Mettre en place les actions nécessaires à la restauration des fonctions vitales, face à un patient (intubé ou non) présentant un arrêt cardio-respiratoire en service de réanimation.

 


2. DOMAINE D’APPLICATION

 

  • Applicable en service de réanimation par tout le personnel soignant (IDE/AS/ASH/kinésithérapeutes).

 


3. DEFINITIONS

 

  • ACR : Arrêt cardio-respiratoire.
    RCP : Réanimation cardio-pulmonaire.
    CT : Compressions thoraciques.
    CEE : Choc électrique externe.
    IOT : Intubation oro-trachéale.
    AFGSU : Attestation de formation aux gestes et soins d’urgences.

 


4. PRISE EN CHARGE DE L’ARRET CARDIO REPIRATOIRE EN REANIMATION

 

4.1 Authentification de l’ACR


  • - Inconscient, ne répond pas aux ordres simples.
    - Absence de mouvements respiratoires (pour le patient non intubé).
    - Abolition des pouls centraux (carotidiens ou fémoraux)
    - Alarme critique du scope (3 sonneries rapprochées) : signifiant un trouble du rythme (fibrillation ventriculaire ou tachycardie ventriculaire) ou une asystolie.
    Accompagnée d’une modification du tracé de la courbe de SpO2 ou d’artère (tracé plat) qui révèle une inaction ou action inefficace du myocarde.

 

 

4.1.1 Prise en charge de l’ACR patient intubé et ventilé

 

  • - Le soignant qui découvre l’ACR appelle à l’aide ses collègues.
    - L’IDE 1 : chez le patient intubé et si l’IOT n’est pas bouchée :
    Règle le respirateur : VAC (fréquence : 20 Volume total : 8 ml/kg), FiO2 100%, et l’alarme de pression de pointe au maximum.
  • Met en mode silence l’alarme critique du scope et note l‘heure de l’ACR.
    - Un soignant (AS 1) reste à l’extérieur de la chambre :
    Il approche le plan dur qui est placé sur le chariot d’urgence (d’intubation).
    Il alerte le médecin : grâce à la touche blanche du téléphone en salle de soin (ou touche répertoire du téléphone portable sélectionner « urgence réa »), ce qui affiche URGENCE REA sur le bip du médecin.
    Amène le défibrillateur à l’entrée de la chambre, reste à disposition pour apporter du matériel et veille à ce que la famille n’arrive pas par inadvertance.

    - En même temps, deux autres soignants (IDE 2 et AS 2) : mettent le lit à plat et s’assurent que le patient soit sur un plan dur (ou pivotent et tirent sur la poignée rouge au pied a droite des matelas Nimbus – notée CPR - ou utilisent la tête de lit pour les lits Hill Rom).
    Ils commencent la RCP en se relayant toutes les deux minutes. Les compressions thoraciques se font sur un rythme de 100 par minute, indépendamment de la VAC. Vérifier l’efficacité des compressions thoraciques par la prise de pouls centraux ou en s’aidant de courbe de pression artérielle invasive.

    - L’IDE 1 : Prépare une seringue d’adrénaline (10 mg /10 ml).
    Le médecin ordonnera l’injection des médicaments. Elle injectera sur la voie de plus gros calibre, au plus près du patient en accélérant le débit de perfusion (débit libre).

    - Un soignant (IDE 2 ou AS 2) met en place les patchs Défib-Pads (oranges) du défibrillateur. La peau est préalablement séchée. Le premier est placé sous la clavicule droite et le second sous le mamelon gauche. Le médecin décidera de la délivrance du choc et de sa puissance. Il sera délivré par lui-même ou une infirmière participant à la RCP en s’assurant que le personnel n’est plus en contact avec le patient (attention aux objets intermédiaires : lit…).

 

 

4.1.2 Prise en charge de l’ACR patient non intubé

 

  • La prise en charge ne diffère pas pour le soignant à l'extérieur de la chambre, ni pour l’IDE 1. Ici, en plus l’ IDE 1 préparera et servira l’intubation.

    La RCP se déroulera sur le mode 30 compressions thoraciques pour 2 insufflations au ballon auto remplisseur à valve unidirectionnelle de type Ambu® . Celui-ci est branché au manomètre d’oxygène à un débit maximal de 15 l/mn.

    Compressions thoraciques (recommandations AFGSU) :
    - Placer la première main sur la partie médiane du sternum l’autre main au dessus de la première en prenant garde à ce que les doigts n’appuient pas sur les côtes. Chez l’enfant, les CT s’effectuent à une ou deux mains en fonction de sa force physique.
    - Les bras sont tendus, les coudes verrouillés.
    - La durée de compression du sternum doit être égale à la durée de relâchement de la pression du thorax. Le thorax doit reprendre sa dimension initiale après chaque compression.
    - Comprimer le sternum de 4 à 5 cm chez l’adulte, 1/3 de la hauteur du thorax chez l’enfant.

 

 

Une valeur est requise.